Leasing Auto

LOA ou LLD Audi Q3

Revenu en 2018 avec un nouveau look et de nouveaux équipements, l’Audi Q3 fait des ravages auprès de conducteurs cherchant un SUV associant confort...

Comment fonctionne le leasing auto ?

Ces dernières années, le leasing s’est imposé comme une véritable révolution sur le marché de l’automobile en France. La preuve : trois voitures sur quatre ont été financées par ce biais en 2019. Quel est le principe de cette formule de location ? Qu’est-ce qui explique cet engouement ? Réponses.

Principe et fonctionnement du leasing auto

On le connait aussi sous le nom de crédit-bail ou location avec option d’achat. Le leasing est un contrat de financement utilisé à l’origine par les entreprises qui s’est aujourd’hui démocratisé chez les particuliers et qui met en relation trois protagonistes : un concessionnaire, un organisme financier et un utilisateur appelé aussi crédit preneur. L’organisme financier fait acquisition d’une voiture auprès d’un concessionnaire puis le loue à un conducteur sur une période de 24 à 60 mois contre un paiement d’une redevance mensuelle. À l’échéance du contrat, le conducteur a le choix entre trois options : acquérir la voiture selon sa valeur résiduelle déjà définie dans le contrat lors de sa signature, restituer le bien ou renouveler le contrat en changeant de modèle ou en gardant l’ancien. Pour profiter de ce service, il doit s’acquitter tous les mois d’un loyer dont le prix dépend de la durée de location, du prix de la voiture neuve, du kilométrage annuel, des services souscrits avec le contrat ainsi que du dépôt de garantie. En effet, le loueur peut exiger un apport personnel qui sera considéré comme une « mensualité 0 ». Le montant de cette contribution est déduit du loyer qui sera ainsi plus faible en cas d’apport important.

Le cadre règlementaire

Conformément au Code de la consommation, les opérations de location avec promesse d’achat sont assimilées à un prêt à la consommation. Concrètement, cela signifie que le leasing est encadré par la législation applicable aux crédits à la consommation. Un conducteur désireux de louer via cette formule doit alors disposer d’une capacité de remboursement acceptable. Parmi les critères qui lui sont imposés figurent une situation financière saine, un emploi stable, des revenus fixes et un taux d’endettement inférieur à 33%. Le contrat de souscription doit obligatoirement stipuler des informations clés comme la durée de location, le type de voiture et son prix au comptant, les conditions de remboursement, de résiliation et de rachat du véhicule, la valeur résiduelle de l’automobile, le montant des loyers, le coût de l’apport et le kilométrage annuel. Un tableau d’amortissement récapitulant le coût du loyer sera également communiqué par la banque.

Les avantages et inconvénients du leasing auto

Un avantage indiscutable du leasing auto porte sur la liberté d’action prodiguée. À la fin du contrat, le conducteur choisit de racheter ou non la voiture. En décidant de renouveler le bail, il s’offre la possibilité de changer de véhicule régulièrement et de se mettre au volant des derniers modèles de voitures sorties. De plus, l’apport personnel n’est pas obligatoire dans le leasing, encore mois pour le leasing pro avec la LLD, ce qui est parfait pour ceux qui n’ont pas d’épargne ou qui ne veulent pas toucher à leur bas de laine.

Par contre, la formule n’est pas adaptée aux gros rouleurs car un kilométrage annuel doit être respecté durant toute la durée du contrat. En cas de dépassement, des indemnités devront être payées. Ce n’est pas tout. Si la voiture est détruite ou s’est fait voler, le locataire doit régler tous les frais à l’organisme. Il continue d’être redevable aussi de tous les loyers restants dus.